YK0A9607.jpg

L'histoire

Soudés par une complicité amicale et musicale sans faille, Pauline Buet et David Violi jardinent la même joie aventureuse et créent un ensemble en invitant des artistes qu'ils aiment et qui les inspirent.

 

i giardini

David Violi et Pauline Buet
 
 

Direction artistique Pauline Buet & David Violi

La musique de chambre c'est presque un tour de magie, d'aucuns parlent d'alchimie, mais pour Pauline et David, c'est avant tout affaire d'empathie. Les corps s'accordent sans jamais s'oublier. Sculptés, apprivoisés, il est temps désormais de pratiquer avec toute notre humanité.

Bien sûr, le lapin, toujours, finit par disparaitre du chapeau et quand la musique s'arrêtera, tout partira dans l'air. Mais soyez sans crainte, les corps ont une mémoire et le plaisir ne s'achève pas sans qu'il ne demeure d'heureuses subsistances.

i giardini vit alors à deux vitesses, cherchant tout à la fois à cristalliser un moment sans pareil, mais en veillant aussi à toujours s'inscrire dans notre présent en perpétuel mouvement. Leur musique vit ainsi d'une sage légèreté et se paralyse dans trop d'apparat. Non pour suivre une mode mais pour s'ancrer dans le monde.

Ensemble à géométrie variable, qui se façonne autour de projets de concerts à thème, de collaborations avec chanteurs ou vidéastes, i giardini garde cependant toujours le même cap : la promesse qu'ils se sont faite de rendre un peu de ce que la musique a pu leur donner, d'offrir même à ceux qui n'auraient pas pensé vouloir un tel cadeau.

 

Pauline Buet

Dans sa fratrie, comme sur la scène, au violoncelle, Pauline est au milieu. Moins pour occuper le centre que par bonheur d'être un élément liant. Fille legato, ce qu'elle souhaite ardemment, en musique, c'est faire circuler son énergie et accueillir celle des autres, construire des ponts entre les siècles en croisant baroque, jazz et classique, rencontrer Bach et Kaija Saariaho, rapprocher les arts. Ce lié, d'abord, lui fut légué; cadette d'une famille musicienne, élevée par une mère convaincue des bienfaits du cours en groupe, depuis les débuts Pauline sait que la musique sera collective ou ne sera pas. Elle nait d'un plaisir qui ne prospère qu'en se partageant, n'est qu'empathie. Fille de violoncelliste, Pauline devint elle-même fille-violoncelle, et se pressa alors de grandir pour égaler l'instrument. 1m72 à douze ans. Pauline muait et découvrit un corps encore étranger qu'il fallut apprivoiser.

Calme avec caractère, ses emportements ont la beauté et la justesse de ceux qui se fâchent peu. Et justement, à dix-sept ans, lassée de s'entendre toujours répéter "c'est trop gentil", Pauline s'est énervée, provoquant les larmes d'un père chanteur enchanté, mais surtout la découverte grisante que la vraie musique impose parfois de sortir de soi.

Alchimie entre sérénité et goût du risque, c'est la deuxième lecture qu'elle préfère en musique. Passé l'abordage du déchiffrage, l'inconnu devient familier mais pas véritablement domestiqué.

C'est enfin une frondeuse hédoniste, ne sacrifiant jamais rien de ce que la vie pourrait apporter, embrassant tout à la fois une carrière de concertiste primée et l'éducation de ses trois jeunes garçons. Pauline vit vite, avec joie et détermination. Et certains soirs, de son milieu, face au public, Pauline se fait aventureuse, perce le mur de lumière et regarde du côté obscur, essayant de réunir une nouvelle fois ces deux mondes étrangers, unis pourtant par d'invisibles liens d'émotions dans un grand respect mutuel. Mais le public souvent se fait fuyant quand la musique s'achève, les musiciens repartent eux aussi, et Pauline toujours regrette de ne pouvoir partager davantage ou plus longtemps.

David Violi

Pour David Violi, le piano fut d'abord un alibi. Mieux encore que le cinéma, pour sécher le sport : les leçons de piano. David a alors huit ans et ce n'est pas un enfant du sérail. A l'extravagante exception d'une grand-mère rousse et accordéoniste, la musique est une terre étrangère, qui devient de plus en plus séduisante. Et justement, un alibi, à l'origine, c'est un "ailleurs". Jamais conquise, la partition lui offre un autre temps, un autre lieu où l'on ne pourra que, modestement, tenter de s'acclimater, pour explorer à force de travail et d'émotions, des charmes aux mystères inconditionnels.

Accepter que la magie d'un concert tienne à sa part inéluctable d'imprévu, que c'est chaque soir, un nouveau voyage.

S'il n'avait pas été pianiste, David aurait rêvé apprendre toutes les langues du monde, séduit déjà par la richesse du chinois, de l'italien, de l'anglais, de l'allemand... - et l'art qu'elles ont de nous révéler nos parts cachées, au détour d'une expression, dans la nuance d'une phrase.

Quand il devient plus seulement vocation, mais profession, ce mouvement incessant du métier, qui semble mimer celui de la matière musicale, est aussi ce qui fait adorer à David sa vie de musicien. Brasser tant de visages, tenter devant cette infinie variété de retrouver chaque soir la même perfection, c'est impossible et exaltant.

Soliste et chambriste, David cultive une musique plurielle mais savoure toujours la confiance nullement routinière qu'il retrouve dans i giardini. Avec bonheur il avoue ne s'y sentir jamais accompagnateur, voir disparaître son trac quand il est entouré de ses comparses.

Avant le concert, David se prépare consciencieusement, moins pour la pompe que pour s'armer de courage, car marcher jusqu'au piano suppose un certain culot. Mais surtout car ce qui va suivre est un moment précieux, une sorte d'offrande qu'il aimerait penser comme un rituel joyeux.


L'équipe administrative
Association Les Musiciens du Paradis - i giardini

 

Julien Guillaume

Marketing, communication et digital
Ancien startupper dans le domaine du digital et de l'audio et passionné de musique, Julien est un expert des projets transmedia et des communautés online. Il a lancé plus de 90 programmes podcasts et web radios. Enseignant à Sciences Po Toulouse en stratégie digitale, il travaille aujourd'hui au coeur des écosystèmes d'innovation et met à disposition ses compétences au service du projet I Giardini.

Thérèse Ranvier

Administratrice
Après avoir étudié le violoncelle, elle se tourne vers la production touristique et a notamment travaillé dans le monde culturel (musées, etc.). Sa double formation lui permet d'accompagner la Direction artistique dans la gestion administrative, juridique et artistique de l'organisation des concerts et plus globalement de l'Association.

 

Merci à nos partenaires